Orthez : une corrida mémorable

Dimanche 23 juillet, l’élevage de Valverde ainsi que les nombreux aficionados qui s’étaient déplacés pour assister à la journée qui lui était dédiée ont vécu un après-midi de toros mémorable. La caste vibrante des toros de Valverde, dans des styles très hétérogènes, a rencontré trois héros : Octavio Chacón, Tomás Campos et Manolo Vanegas. Tous offrirent un spectacle mémorable dont les compte-rendus suivants retracent les grandes lignes.

Sortie en triomphe du mayoral de Valverde en compagnie de Tomás Campos et de Manolo Vanegas. Photographie : Mundillo taurino

La fiche technique de la course

Dimanche 23 Juillet. Après-midi. Beau temps. 4/5 entrée.

Toros du Curé de Valverde, très bien présentés, d’une grande présence, encastés et livrant des combats relevés. Tour de piste au 5e « Guitarrero », n°69.
Saluts et sortie en triomphe du mayoral de l’élevage : Jean-Pierre Odet

Octavio CHACÓN : silence et une oreille après deux avis
Tomás CAMPOS : une oreille et une oreille
Manolo VANEGAS : un avis avec silence et deux oreilles.Sortie en triomphe de Tomás CAMPOS, de Manolo Vanegas.

Le retour des Valverde

« L’envoi du Curé de Valverde était d’une superbe présentation. Des toros hauts, charpentés, aux extrémités fines, à l’implantation des cornes en arrière qui ne trahissaient pas leur ascendance Conde de la Corte. Au cheval, ils prennent des piques lourdes (un total de 18 rencontres) sans sourciller. Des pattes et des cornes. La hargne des cogneurs. Ensuite, ils sont mobiles, exigeants, certains attaquent en se défendant ou vice versa. « Guitarrero », le n°69, sorti en cinquième position, brave sous la pique, est noble, avec de la classe. Un bon toro récompensé d’un tour de piste et une promesse pour cet élevage en reconstruction ».

David Bessieres, Semana Grande, N°1058-1059.

La beauté des Valverde

Servicioso, un beau Valverde, vu par Philippe Latour.
Sortie en triomphe du mayoral de Valverde en compagnie de Tomás Campos et de Manolo Vanegas. Photographie : Mundillo taurino

« Déboulèrent sûrs de leur beauté ‘Servicioso’, ‘Servicioso II’, ‘Carafea II’, ‘Guitarrero’ et un possible ‘Rompe hilos’ mais rien n’est moins sûr tant la confusion régna au micro et au panneau tout au long de la journée. Tous superbes de lignes, certains impressionnants comme le deuxième ou le quatrième, tous bien voire très armés ».

Selon Laurent Larrieu, sur Camposyruedos.

Le respect pour tous : triomphe de Vanegas et de Campos

Valeureux, Chacón face au premier de l’après-midi. Photographie de Philippe Latour.
Servicioso, un beau Valverde, vu par Philippe Latour
« Nous avons assisté à une corrida très entretenue en cet après-midi en pays d’Orthez. Face à des toros du Cure de Valverde qui exigèrent les papiers de tous les protagonistes, chaque torero dans des styles et des savoir-faire bien différents gagna le respect du public qui garnissait abondemment les travées des arènes du Pesqué ».

Texte et photographie de Philippe Latour, publiés sur Corridafrance

Une belle affluence

Les aficionados avaient répondu présents pour cette journée consacrée à l’élevage de Valverde. Photographie : Philippe Latour

« L’arène est quasi pleine si l’on tient compte des spectateurs debout qui possèdent des places assises. »
André Régagnon, sur TorosFSTF

« Le public garnissait abondemment les travées des arènes du Pesqué ».
Philippe Latour, sur Corridafrance

« Bonne affluence pour la journée du Curé de Valverde : grosse ½ arène pour la novillada et gros ¾ d’arène pour la corrida, d’évidence les amateurs ont voulu vivre ce nouvel épisode de la saga Couturier et écrire une nouvelle page de la légende du Curé ».
DV sur TorosFSTF

Guitarrero, un Valverde d’exception

Guitarrero-69, primé d’un tour de piste, et Tomás Campos, vus par Philippe Latour

Le 5ème plus ramassé est le plus petit (enfin le moins grand) du lot. C’est aussi celui qui offrira les embestidas les plus claires, le toro répétant des deux côtés. La réception cape en main sera ovationnée après les véroniques allurées et la demie. Après les deux piques prises avec allant, le Valverde arrive comestible dans la flanelle de Campos. Ce dernier, sous la houlette de Diego Urdiales présent dans le callejon, va pouvoir exprimer une tauromachie classique avec une toreria certaine. La faena va « a más » et se termine par des manoletinas serrées. L’entière donnée aura raison du bon Valverde. L’oreille légitime tombe du palco au côté d’un mouchoir bleu généreux. Vuelta très fêtée des deux récipendiaires.

Philippe Latour, pour Corridafrance

Carafea, le monstre du jour

Carafea-15 et Octavio Chacón, vus par Philippe Latour
Guitarrero-69, primé d’un tour de piste, et Tomás Campos, vus par Philippe Latour

toroquerencioso dès la sortie mais qui rendit le tiers de pique passionnant par sa violence et sa force — point de bravoure chez ce manso avéré. Il emporta le cheval — cuadra Heyral, le détail est d’importance — et le piquero à une altitude évaluée à un mètre au dessus du sol avant de leur offrir un atterrissage passible d’un carton rouge mérité dans le rugby moderne.

Laurent Larrieu, dans Camposyruedos.

Le résumé vidéo de l’après-midi

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *